Gagner c’est perdre !


fullsizeoutput_e6
                                                                        AND THE WINNER IS……..

 

Alors je ne sais pas si c’est une mode, un état d’esprit, une excuse à la mord-moi l’oeil, mais ça fait un petit moment que ça m’agace.

Quoi ? Cette manie de dire

  • Le succès est un adversaire
  • je préfère perdre que gagner
  • l’échec apprend mieux que succès
  • Ce qui ne tue pas rend fort (hiiiiiiiii cette phrase me rend hystérique)

Bref, vous avez compris, toutes ces phrases m’agacent au plus haut point.

Dans les interviews c’est devenu quasi systématique, dès qu’ils peuvent le placer, aller hop !

« oui mais quand même, perdre, être viré des casting, voir son livre, sa pièce, son scénario, etc… refusé ! c’est tellement, mais tellement plus motivant et formateur.

C’est quoi le problème ? Est ce que c’est typiquement français ?
la réussite, l’argent, l’ambition, font mauvais genre ? C’est vulgaire ? C’est suspect ?

Est-ce que dire, « putain j’en ai bavé et c’est tellement bon quand ça marche !  » sans avoir une phrase toute faite pour se faire pardonner cette réussite. Pardonner ? Excuser ? Mais pourquoi ?
Il faut que l’on m’explique ce chemin chaotique de l’esprit. D’un côté on dit à nos enfants apprenez, travaillez. On se saigne pour leur faire faire des études et d’un autre on dit, il vaut mieux perdre que gagner tu apprendras plus  !!!! ?????????

Rassurez-vous je ne suis pas une idiote, je comprends parfaitement ce que les gens veulent dire.
Je reconnais être la première à apprendre de mes erreurs ou de mes échecs.

Mais franchement, quand on a travaillé encore et encore, ramé, espéré, quand on s’est battu, quand on a rien lâché, quand on a attendu plus souvent qu’à son tour, lorsque le succès, la réalisation d’un projet, une réussite, pointe son nez,  la première chose qui me vient à l’esprit c’est :  » c’est trop bon ça marche ! » et  je ne pince pas les lèvres en disant :   » je préférais rater, c’était tellement plus formateur !!!!

Est-ce de l’hypocrisie, de la mauvaise foi, de la non reconnaissance, ou une façon de conjurer le sort. Je ne sais pas..

Les bien-pensants, les mea-culpa, les « je ne le ferai plus », les « c’est pas moi c’est la chance », les pardonnez- moi ma réussite, me fatiguent.
Si vous ne voulez pas de votre réussite n’en dégoutez pas les autres !

Pourquoi ne pas considérer la réussite comme :

  • un moteur ?
  • le fruit d’un travail ?
  • D’une volonté ?
  • D’un rêve ?
  • D’un désir ?
  • D’une revanche ?

Réussir n’est pas un acte honteux n’en déplaise à tout ceux qui nous donnent des leçons.

 » Quand je réussis c’est de ma faute je vous assure et je n’en suis pas désolée ! «